Warning: assert(): Assertion failed in /home/galoukout5/public_html/wp-content/themes/magazine-plus/template-parts/content-single.php on line 1

Colloque international L’oraliture haïtienne : identité (s), structure (s), mémoire (s) et représentations à travers le prisme des sciences humaines et sociales

Map Unavailable

Date/Time
Date(s) - 02/05/2019 - 04/05/2019
All Day

Location
A Préciser

Categories


Colloque international

 

L’oraliture haïtienne : identité (s), structure (s), mémoire (s) et représentations à travers le prisme des sciences humaines et sociales

 

Organisé par le Centre Challenges, en partenariat avec le laboratoire LangSÉ de la Faculté de Linguistique Appliquée, la Faculté des Sciences Humaines de l’Université d’État d’Haïti et la Fondation Maurice A. Sixto

 

Port-au-Prince, 2 – 4 mai 2019

 

En hommage à Maurice Sixto à l’occasion du centenaire de sa naissance

(Vèsyon kreyòl la pi ba)

(English version below)

L’oraliture, mot-valise forgé à la fin du XXe siècle, désigne à la fois un produit et une production communautaire et populaire caractéristique de sociétés à tradition dite orale. Elle se modèle sur les configurations mythologiques de la communauté où elle a cours. Selon Maximilien Laroche (1991 : 15), le terme « oraliture » a été proposé par Ernst Mirville, dans le journal Le Nouvelliste du 12 mai 1974 pour pallier les problèmes épistémologiques posés par l’expression « littérature orale » qui relève d’un oxymore et qui semble être liée à la prépondérance (ou à la préséance) accordée à l’écriture sur l’oralité à la faveur d’une tradition instituée par l’enseignement. Dans une interview accordée à Pierre-Raymond Dumas pour la revue Conjonction, Mirville indique que « l’oraliture est l’ensemble des créations non écrites et orales d’une époque ou d’une communauté, dans le domaine de la philosophie, de l’imagination, de la technique, accusant une certaine valeur quant à la forme ou au fond » (1984 : 162). Parmi diverses formes que peut prendre l’oraliture, Mirville précise : « les contes chantés, les contes devinettes, les prières, les chansons sacrées, les chants de travail, les chants de carnaval ou de rara, les chansons politiques, les audiences. » (Dumas, 1984 : 162). Par ailleurs, dans un article publié dans ce même numéro de Conjonction, l’auteur (Mirville, 1984) élargit la sphère de l’oraliture aux oraisons funèbres, aux « chante-pwent », aux chants de rondes des enfants, aux « chante-lwa », etc.

 

Par surcroît, nous pouvons étendre la définition de Mirville aux mythes, aux récits mythologiques, aux adages, aux aphorismes, aux maximes, aux formules magico-religieuses, aux proverbes, aux sentences, aux histoires drôles et facéties, aux comptines, aux récits inspirés par l’actualité, aux cris des marchands, et à bien d’autres (voir Mouralis, 1975). Depuis les travaux initiés par Jean Price Mars (1928), en passant par ceux de Suzanne Comhaire-Sylvain (1937a ; 1937b ; 1938 ; 1951) et d’autres écrivains et chercheurs qui ont soit inventorié des chansons populaires orales et des contes, soit réservé quelques passages d’analyse aux genres oraux, le paysage de la recherche sur l’oraliture haïtienne à travers les sciences humaines et sociales reste un terrain quasiment vierge. En vue de lever ce voile sur l’oraliture haïtienne, nous proposons aux chercheurs des sciences humaines et sociales trois journées d’études et de réflexions sur cette vaste thématique.

 

Dans son article « Du réalisme merveilleux des Haïtiens », Jacques S. Alexis (1956 : 109) accorde une importance centrale à l’oraliture. Il est l’un des premiers à émettre quelques réflexions théoriques sur la lodyans comme objet littéraire. D’autres auteurs et chercheurs considèrent la lodyans comme un genre de récit spécifique à l’oraliture haïtienne, qui elle-même serait consubstantielle de la créolité (voir Bernabé, Chamoiseau & Confiant, 1989). Si ce genre n’est pas encore théoriquement bien décrit et défini, le riche corpus de lodyans traditionnelles et littéraires fait l’objet de réflexions dans quelques publications, dont (à titre indicatif) P. Pompilus (1961), M. Laroche (1978), L. Comeau (2002), J. Jonassaint (2002), G. Anglade (2004a, 2004b, 2004c, 2005, 2007, 2010), E. Otilien (2012, 2018), F. Léger (2015, 2016), C. Dardompré (2018), etc. Ce sera l’occasion d’étudier le corpus des textes lodyansaires (oraux et écrits) à partir d’un cadre d’analyse large ayant recours à des critères qui prennent en compte des aspects formels et discursifs comme le début et la fin des lodyans ; la structure des séquences textuelles (narration, description, discours de pensée) ; la caractérisation des personnages et leurs fonctions ; le temps du récit (ordre, vitesse et fréquence) ; les niveaux du récit (narration extradiégétique, intradiégétique et métadiégétique) ; les aspects pragmatiques liés aux instances narratives et au contexte d’énonciation, tels que par exemple les implicites, les sous-entendus, les non-dits, la pause, l’hésitation, le débit, l’interjection et l’onomatopée, etc.; et la question de la scénographie, c’est-à-dire la scène « par laquelle l’œuvre elle-même définit la situation de parole dont elle prétend surgir » (Maingueneau, 2010 : 16). Sans vouloir avancer que la lodyans ne peut être exprimée et traduite dans une langue étrangère, ou adaptée en fonction des attributs des autres cultures, la forme canonique de ce genre s’exprime en général dans un code linguistique spécifique qui privilégie l’emploi du créole ou la créolisation de toute autre langue étrangère (français, anglais ou espagnol) utilisée pour son expression littéraire. Voilà un autre élément caractéristique fondamental du genre de la lodyans à ne pas négliger.

 

Ce colloque est aussi l’occasion de rendre hommage à Maurice Sixto, pour son œuvre lodyansaire combien immense. L’année 2019 ramène en effet le centenaire de la naissance de ce maître de la parole, né en mai 1919, et le 35e anniversaire de sa mort survenue en mai 1984. L’héritage contemporain de Sixto regroupe diverses catégories de lodyanseurs, parmi lesquels d’anciens collaborateurs culturels, des imitateurs de talent, des interprètes originaux et des conteurs contemporains qui, de près ou de loin, se reconnaissent à travers l’influence du maître. Cette manifestation sera l’occasion de discuter de la valeur sociale multidimensionnelle, psycho-sociologique, didactique et esthétique de l’œuvre de Sixto.

 

            À travers ce colloque, nous proposons aux chercheurs d’aborder les problèmes/la manifestation de l’identité haïtienne, voire caribéenne de souche africaine de notre oraliture, les structures en soubassement de ces productions. Il s’agira également d’étudier l’oraliture comme miroir et archive de la société, la représentation et la construction de la mémoire collective, et de sa fonction (Halbwachs, 1925 ; 1950 ; Nora, 1978). Les intéressés accorderont de l’attention aussi aux différents genres de l’oraliture et à leur organisation structurelle, lesquels se veulent des manifestations orales qui s’opèrent dans un cadre où la voix, la gestuelle, la scène et l’image de soi ont pour effets d’influer sur leur réception. On est, dès lors, en droit de chercher à savoir quels effets la mise en scène vise à provoquer sur la réception. Ce sera aussi l’occasion de questionner le concept d’oraliture, sa validité ou son opérationnalité dans la littérature scientifique. Toutes les questions épistémiques liées à ce mode de représentation et de transmission peuvent être abordées. L’étude de l’oraliture peut être appréhendée dans une perspective diachronique ou synchronique, c’est-à-dire en termes de variabilité et de stabilité, mais aussi en termes de mémoire, d’esthétique et de représentation.

 

Axes thématiques

 

Les six thématiques suivantes peuvent être abordées à l’occasion du colloque (mais non exclusivement). La démarche des contributeurs peut être diachronique ou synchronique.

 

  • Pensée analogique, mémoire (mémorisation), paroles de sagesse, savoirs, spiritualité dans l’oraliture haïtienne ;
  • Identités, genres, structures et esthétique dans l’oraliture haïtienne ;
  • Lodyans, poétique, structure, identité narrative et performance ;
  • L’œuvre lodyansaire de Maurice Sixto et son héritage contemporain ;
  • Oraliture et littérature, l’usage de l’oraliture dans les textes littéraires ;
  • Didactique et oraliture, l’usage de l’oraliture dans le système éducatif.

Modalités de participation

Adresser un résumé de 300 à 500 mots dans l’une des trois langues du colloque (créole haïtien, français et anglais) à ethsotilien@gmail.com et frenandLeger@cunet.carleton.ca. La police à utiliser est le Times New Roman, taille 12 points, interligne 1.5 point. Le résumé doit être accompagné d’une courte biobibliographie de l’auteur de la proposition.

 

N.B. Ce colloque scientifique se veut un espace ouvert au secteur universitaire, ainsi qu’à ceux et à celles qui militent dans les secteurs culturels : les artistes, les écrivains, les conteurs, les lodyanseurs, les membres des organisations artistiques et culturelles locales et internationales, sont en particulier conviés à y prendre part. À cet égard, les seuls prérequis sont la qualité esthétique de l’étude et la rigueur scientifique de l’analyse qu’elle présente.

Dates importantes à retenir

  • Appel à communications : 5 septembre 2018
  • Date limite pour l’envoi des résumés : 15 novembre 2018
  • Notification d’acceptation ou de rejet : 15 décembre 2018
  • Tenue du colloque : 2 – 4 mai 2019

Publication

Après évaluation et sélection par le comité scientifique, les textes issus des différentes communications seront publiés dans un ouvrage collectif.

Références citées

ALEXIS, Jacques Stephen (1956), Du réalisme merveilleux des Haïtiens, Présence africaine 2002/1 (No 165-166), p 91-112.

ANGLADE, Georges (2010), Le secret du dynamisme littéraire haïtien. Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

ANGLADE, Georges (2007), Le Dernier Codicille de Jacques Stephen Alexis, Mont-Royal, Plume & Encre.

ANGLADE, Georges (2005), « Un antidote à l’érosion des paysages culturels, la lodyans haïtienne », 71e Congrès mondial du PEN international, Bled, Slovénie, 14-21 juin, Ljubljana, Slovenski PEN.

ANGLADE, Georges (2004a), « Fiction et subversion dans la lodyans » dans Leurs jupons dépassent. Montréal, Lanctôt, p. 129-131.

ANGLADE, Georges (2004b), « Les lodyanseurs du soir, il y a 100 ans, le passage à l’écrit », SOURIAU, Marie-Agnès et BALUTANSKY, Kathleen Écrire en pays assiégé, Amsterdam, New York, Rodopi, PP. 61-87.

ANGLADE, Georges (2004c), « L’espace littéraire (de la lodyans) » dans L’espace d’une génération, entretiens conduits par Joseph Josy Lévy. Montréal, Editions Liber, Montréal, p.199-247.

BERNABÉ, Jean (1993) [1989], Chamoiseau, Patrick et Confiant, Raphaël, Éloge de la créolité, Paris, Gallimard.

BERNABÉ, Jean (1997), « De l’oralité à la littérature antillaise : figures de l’Un et de l’Autre », dans F. Tétu de Labsade, (éd.), Littérature et dialogue interculturel : culture française d’Amérique, Sainte-Foy, Presses de l’université Laval, p. 49-68.

COMEAU, Ludovic Jr (2002), « Littérature Orale Haïtienne : Analyse d’un Nouvel Apport », Journal of Haitian Studies, Vol. 8, No. 1, p. 80-97. Disponible aussi sur : http://www.mioch.net/html/lucien_haiti.html

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1937a, 1943), « Folk Songs and Stories of the Americas ». Pan American Union Bulletin; Reprint: Washington, D.C., Pan American Union, 64 pp.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1937b), Les contes haïtiens, origine immédiate et extension en Amérique. Port-au-Prince, Caravelle, 2 vols.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1938), À propos du vocabulaire des croyances paysannes. Port-au-Prince, Caravelle.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1951), « La chanson haïtienne », Présence Africaine 12, pp. 61-87.

DARDOMPRÉ, Carey (2018), La lodyans, un romanesque haïtien. Perspectives historique, poétique et didactique, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

DUMAS, Pierre Raymond (1984), « Interview sur le concept d’oraliture accordée à Pierre Raymond Dumas par le docteur Ernst Mirville », Conjonction  nos 161-162, pp. 159-164.

HALBWACHS, Maurice (1925), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Presses universitaires de France.

HALBWACHS, Maurice (1950), La mémoire Collective. Paris, Presses universitaires de France.

JOLLES, André (1972), Formes simples. 1930. Réédition, Paris, Seuil.

JONASSAINT, Jean (2009), « Pour un projet de sauvegarde et d’édition critique d’œuvres haïtiennes », dans M. Cheymol, (éd.), Littératures au Sud, Paris, Agence Universitaire de la Francophonie/Archives Contemporaines, p. 197-207.

LAROCHE, Maximilien (1991), La double scène de la représentation : oraliture et littérature dans la Caraïbe. Québec, Université Laval, Grelca.

LAROCHE, Maximilien (1978), L’image comme écho. Montréal, Nouvelle Optique.

LÉGER, Frenand (2016), La fiction littéraire brève haïtienne, entre oraliture kreyòl et écriture française. Thèse non publiée, le Département d’Études Françaises, Université de Toronto.

LÉGER, Frenand. « L’œuvre de Maurice Sixto, un patrimoine à sauvegarder et à étudier », publié sur Alterpresse le 20 mai 2015 et disponible en ligne sur le site Potomitan : http://www.potomitan.info/ayiti/sixto2.php.

MAINGUENEAU, Dominique (2010), Manuel de linguistique pour les textes littéraires. Paris, Armand Colin.

MARS, Jean Price (1928), Ainsi parla l’oncle. Essais d’ethnographie. New York, Parapsychology Foundation Inc.

MIRVILLE, Ernst, « Kreyòl nan oralti », Conjonction nos 161-162, juin 1984, pp. 23-28.

MIRVILLE, Ernst, « Literati oral », Le Nouvelliste, 11-12 mai, 1974.

MOURALIS, Bernard (1975), Les contre-littératures. Paris, Presses Universitaires de France.

NORA, Pierre (1978), « La mémoire collective », dans LE GOFF Jacques (dir.), La nouvelle histoire, Paris, Retz-CEPL, pp. 398- 401.

OTILIEN, Ethson (2018), Maurice Sixto ou le phénix de l’oraliture haïtienne. Boston, JEBCA Edition.

OTILIEN, Ethson (2012), Narration orale et argumentation, histoire, et voix dans la lodyans « J’ai vengé la race » de Maurice Sixto. Université de Besançon, Mémoire de master 2.

POMPILUS, Pradel (1961), La langue française en Haïti. Paris, Institut des hautes études de l’Amérique latine.

PRICE-MARS, Jean (1928), Ainsi parla l’oncle. Essais d’ethnographie. Port-au-Prince, Imprimerie de Compiègne.

ZUMTHOR, Paul (1987), La Lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Seuil.

ZUMTHOR, Paul (1983), Introduction à la poésie orale, Parais, Seuil.

 

Comité scientifique

Jean-Jacques Cadet, Université Paris 8

Ludovic Comeau Jr, DePaul University, Chicago, É-UA et ISTEAH, Haïti

Watson Denis, Centre Challenges, FASCH / FE / Université d’État d’Haïti

Renauld Govain, FLA / LangSÉ / Université d’État d’Haïti

Frenand Léger, Carleton University, Ottawa, Canada

Nadève Ménard, ENS / Université d’État d’Haïti

Ethson Otilien, FASCH / Université d’État d’Haïti

 

Comité organisateur

Jean-Jacques Cadet, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Karen Charles, étudiante à HaïtiTec

Ludovic Comeau Jr, DePaul University, Chicago, É-UA et ISTEAH, Haïti

Carey Dardompré, chercheur indépendant

Watson Denis, Centre Challenges, FASCH / FE / Université d’État d’Haïti

Vikens Dérilus, président du Collectif Haïti Culture / Livres (CHAC-Livres)

Renauld Govain, FLA / LangSÉ / Université d’État d’Haïti

Jean Ederson Jean-Pierre, étudiant FASCH / Université d’État d’Haïti

Frenand Léger, Carleton University, Ottawa, Canada

Charlot Lucien, Assemblée des artistes haïtiens de Massachusetts, É-UA

Paul Molès, FLA / LangSÉ / Université d’État d’Haïti

Ethson Otilien, FASCH / Université d’État d’Haïti

Gertrude Séjour, Fondation Maurice A. Sixto

 

 

 

Kòlòk entènasyonal

 

Oralti ayisyen: idantite, estrikti, memwa ak reprezantasyon nan domèn syans imèn ak syans sosyal

 

Centre Challenges òganize kòlòk la nan tèt kole ak laboratwa LangSÉ ki nan Fakilte Lenguistik Aplike, Fakilte Syans Imèn nan Inivèsite Leta Ayiti, ak Fondasyon Moris A. Siksto

 

Kòlòk la ap fèt Pòtoprens soti 2 me pou rive 4 me 2019

 

Omaj pou Moris A. Siksto nan okazyon 100 lane anivèsè nesans li

 

Oralti, yon mo-valiz ki parèt nan finisman ventyèm syèk la, reprezante alafwa yon pwodiksyon oswa yon pwodui kominotè ak popilè nou jwenn nan sa yo rele sosyete ki gen tradisyon oral yo. Li pran fòm ajansman sistèm mitolojik kominote kote li ap devlope a. Maximilien Laroche (1991 : 15) rekonèt se Ernst Mirville ki te pwopoze tèm oralti a nan nimewo jounal Le Nouvelliste ki te soti nan dat 12 me 1974 la. Li te pwopoze nouvo tèm sa a pou li te ka konble mankman epistemolojik ki genyen nan ekspresyon « literati oral » la ki se yon oksimò epi ki sanble marye ak dominasyon yo bay ekriti sou oralite pa mwayen enstitisyonalizasyon ansèyman. Nan yon entèvyou Mirville te bay Pierre-Raymond Dumas (1984 : 162) pou revi Conjonction, li di « oralti se tout kreyasyon ki pa ekri e ki oral ki fèt nan yon epòk oswa yon kominote pwodui nan domèn filozofi, imajinasyon, teknik, ki montre yo gen yon valè sou plan fòm ak fon ». Mirville presize divès fòm oralti a ka pran, tankou : « chante kont, tire kont, priyè, chante sakre, chante travay, chante kanaval, chante rara, chante politik, lodyans (Dumas, 19684 : 162). Yon lòt bò, nan yon atik otè a (Mirville, 1984) ekri nan menm nimewo Conjonction nou fèk sot site la a, li ajoute diskou ki konn fèt nan non mò yo, chante-pwent yo, chante wonn timoun, chante lwa yo, eksetera.

 

Sou eleman ki nan definisyon Mirville la, nou ka ajoute mit yo, istwa mitolojik yo, adaj yo, aforis yo, maksim yo, fòmil majik yo, pwovèb yo, santans yo, tout ti iswa pou fè moun ri ak lòt kalte plezantri, kont pou timoun, resi ki pran sous nan aktyalite yo, rèl machann pwomennen ak anpil lòt ankò (gade nan Mouralis, 1975). Soti nan travay rechèch Jean Price Mars (1928) te koumanse fè sou fòlklò nou yo, pase nan travay Suzanne Comhaire-Sylvain (1937a ; 1937b ; 1938 ; 1951) pou rive nan travay kèk lòt ekriven ak chèchè ki te swa fè envantè chante popilè oral yo ak kont yo swa ki fè kèk analiz tou kout sou kategori diskou oral yo, pa prèske gen rechèch ki fèt sou oralti ayisyen an nan syans imèn ak nan syans sosyal yo. Nan enterè pou nou kapab konprann pi byen oralti ayisyen an, nou pwopoze chèchè ki nan domèn syans imèn ak syans sosyal yo twa jounen etid ak refleksyon sou kokenn tematik sa a.

 

Nan atik li ekri ki rele « Du réalisme merveilleux des Haïtiens », Jacques. S. Alexis (1956 : 109) bay oralti yon kochenn enpòtans. Li se youn nan premye moun ki fè refleksyon teyorik sou lodyans kòm objè literè. Gen lòt otè ak chèchè ki konsidere lodyans lan kòm yon kategori diskou ki pote mak fabrik oralti ayisyen an e oralti sa a li menm se rezilta yon melanj plizyè ekriven antiyè rele kreyolite (gade nan Bernabé, Chamoiseau ak Confiant, 1989). Menmsi chèchè yo poko janm pwopoze yon modèl teyorik valab pou yo defini kategori diskou yo rele lodyans lan, gen plizyè otè ki reflechi sou kokenn kòpis lodyans tradisyonèl ak literè pèp ayisyen an pwodui. Pami otè sa yo nou ka site : P. Pompilus (1961), M. Laroche (1978), L. Comeau (2002), J. Jonassaint (2002), G. Anglade (2004a, 2004b, 2004c, 2005, 2007, 2010), E. Otilien (2012, 2018), F. Léger (2015, 2016), C. Dardompré (2018), ak kèk lòt ankò. Se pral yon okazyon pou chèchè yo etidye kòpis lodyans oral ak lodyans ekri yo nan yon pèspektiv analitik ki pi laj dapre yon seri kritè ki konsidere alafwa aspè fòmèl ak aspè diskisif tankou koumansman ak finisman lodyans yo ; estrikti sekans tèks yo (narasyon, deskripsyon, diskou panse) ; karakterizasyon pèsonaj yo ak fonksyon yo ; tan resi a (lòd, vitès ak frekans) ; nivo resi a ( narasyon estradyejetik, entradyejetik ak metadyejetik) ; aspè pragmatik yo ki marye ak enstans narasyon yo ak kontèks enonsyasyon an, tankou paregzanp, enplisit, souzantandi, sa lokitè a pa di, poz, ezitasyon, vitès, debi, entèjeksyon ak onomatope, ak anpil lòt ankò. Genyen kesyon senografi a tou, sa vle di sèn « kote se zèv la menm ki defini sitiyasyon pawòl li emèje a » (Maingueneau, 2010 : 16). San nou pa di yo pa ka pwodui oswa tradui lodyans nan lòt lang etranje, oswa adapte li dapre karakteristik lòt kilti sou latè, nou rete kwè lodyans nan fòm orijinal li toujou makònen avèk lang kreyòl la. Menm lè lodyans lan prezante sou fòm ekri nan yon lang etranje tankou franse, angle oswa panyòl, kreyòl la pa janm pa la, menm lè se sou fòm kreyolizasyon lang etranje sa yo. Sa a se yon lòt karakteristik fondamantal nou pa ta dwe neglije nan etid lodyans lan kòm yon kategori diskou espesifik.

 

Nan kòlòk sa a, n ap tou pwofite bay Moris Siksto yon gwo ochan pou lodyans li yo ki se yon zèv total kapital. Siksto t ap genyen 100 lane si l te vivan toujou paske li fèt nan mwa me 1919. Mwa me a make anivèsè lanmò Siksto tou paske li mouri 12 me 1984. Siksto te enfliyanse divès kategori lodyansè, pami yo genyen kèk ansyen kolaboratè li nan domèn kiltirèl, moun ki konn imite zèv li yo, lòt kreyatè ak lodyansè kontanporen ki rekonèt enfliyans mèt la. Aktivite sa a ap yon okazyon pou nou diskite sou gwo enpòtans zèv Siksto yo nan plizyè domèn sosyal, tankou nan domèn sikososyolojik, didaktik ak estetik.

 

Nan kòlòk sa a, nou ta swete chèchè yo abòde pwoblèm/manifestasyon idantite ayisyen ak idantite karayibeyen ki pran rasin ni an Afrik anndan oralti ayisyen a, epi chèche tou estrikti ki alabaz pwodiksyon sa yo. Se pral yon okazyon tou pou nou etidye oralti a kòm miwa, kòm achiv sosyete a, kòm reprezantasyon ak konstriksyon memwa kolektif, epitou fonksyon oralti nan sosyete a (Halbwachs, 1925 ; 1950 ; Nora, 1978). Entèvenan yo ap reflechi sou divès kategori ki genyen nan oralti a, sou estrikti ak mòd òganizasyon yo, san yo pa bliye enpòtans ak enpak eleman tankou, vwa, jès, sèn ak imaj genyen sou piblik k ap koute a epi pou resepsyon zèv oral sa yo jeneralman. Nan sans sa a, nou gen dwa al chèche konnen ki efè mizansèn nan ap chache genyen sou resepsyon zèv la. Se pral yon lòt okazyon pou nou kesyone validite osinon operasyonalite konsèp oralti a nan literati syantifik la. Nou kapab abòde tout kesyon epistemik ki gen rapò ak mòd reprezantasyon ak transmisyon sa a. Entèvenan yo ka abòde etid sou oralti a nan yon pèspektiv dyakwonik osinon senkwonik, sa vle di nan sans varyabilite l ak estabilite l, men tou nan sans memwa, estetik ak reprezantasyon.

 

Aks tematik yo

Nou etabli yon lis 6 tematik  ki kapab sèvi kòm gid pou entèvansyon yo, men patisipan yo kapab chwazi travay sou lòt tematik tou. Yo ka suiv yon demach dyakwonik oswa senkwonik pandan y ap eksplore tematik sou oralti ayisyen an.

 

– Panse analojik, memwa (memorizasyon), pawòl sajès, konesans, espirityalite nan oralti ayisyen an ;

– Idantite, rapò fanm ak gason, estrikti ak estetik nan oralti ayisyen an ;

– Lodyans, powetik , estrikti, idantite naratif ak pèfòmans ;

– Lodyans Moris Siksto yo ak eritaj kontanporen li;

– Oralti ak literati, itilizasyon oralti nan tèks literè yo ;

– Didaktik ak oralti, itilizasyon oralti nan sistèm edikatif la.

 

Kouman n kapab patisipe

Moun ki enterese yo ap voye yon rezime ki gen ant 300 ak 500 mo nan youn nan twa lang kòlòk la (kreyòl ayisyen, fransè ak angle) nan imel sa yo: ethsotilien@gmail.com ak frenandLeger@cunet.carleton.ca. Karaktè ki pou itilize nan tèks la se « Times New Roman », gwosè lèt yo dwe 12 pwen, entèliy 1.5 pwen. Nou mande moun ki enterese soumèt yon biyobibliyografi ki tou kout ansanm ak rezime yo.

 

N.B. Kòlòk la se yon espas ki louvri pou tout moun ki nan sektè inivèsitè ak sektè kiltirèl la tankou: pwofesè inivèsite, chèchè, atis, ekriven, kontè, lodyansè ak manm òganizasyon atistik ak kiltirèl lokal kou entènasyonal.Nan sans sa a, sèl sa ki konte pou yon moun patisipe nan kòlòk la se kalite estetik etid li a ak rigè syantifik analiz li prezante a.

 

Dat ki enpòtan pou nou kenbe

  • Apèl pou kominikasyon : 5 septanm 2018
  • Dat limit pou nou soumèt kominikasyon yo : 15 novanm 2018
  • Desizyon sou pwopozisyon kominikasyon yo : 15 desanm 2018
  • Dat kòlòk la ap fèt : soti 2 me pou rive 4 me 2019

Piblikasyon

Apre kòlok la, komite syantifik la ap evalye epi seleksyone diferan tèks entèvansyon yo pou piblikasyon nan yon liv kolektif.

Referans

ALEXIS, Jacques Stephen (1956), Du réalisme merveilleux des Haïtiens, Présence africaine 2002/1 (No 165-166), p 91-112.

ANGLADE, Georges (2010), Le secret du dynamisme littéraire haïtien. Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

ANGLADE, Georges (2007), Le Dernier Codicille de Jacques Stephen Alexis, Mont-Royal, Plume & Encre.

ANGLADE, Georges (2005), « Un antidote à l’érosion des paysages culturels, la lodyans haïtienne », 71e Congrès mondial du PEN international, Bled, Slovénie, 14-21 juin, Ljubljana, Slovenski PEN.

ANGLADE, Georges (2004a), « Fiction et subversion dans la lodyans » dans Leurs jupons dépassent. Montréal, Lanctôt, p. 129-131.

ANGLADE, Georges (2004b), « Les lodyanseurs du soir, il y a 100 ans, le passage à l’écrit », SOURIAU, Marie-Agnès et BALUTANSKY, Kathleen Écrire en pays assiégé, Amsterdam, New York, Rodopi, PP. 61-87.

ANGLADE, Georges (2004c), « L’espace littéraire (de la lodyans) » dans L’espace d’une génération, entretiens conduits par Joseph Josy Lévy. Montréal, Editions Liber, Montréal, p.199-247.

BERNABÉ, Jean (1993) [1989], Chamoiseau, Patrick et Confiant, Raphaël, Éloge de la créolité, Paris, Gallimard.

BERNABÉ, Jean (1997), « De l’oralité à la littérature antillaise : figures de l’Un et de l’Autre », dans F. Tétu de Labsade, (éd.), Littérature et dialogue interculturel : culture française d’Amérique, Sainte-Foy, Presses de l’université Laval, p. 49-68.

COMEAU, Ludovic Jr (2002), « Littérature Orale Haïtienne : Analyse d’un Nouvel Apport », Journal of Haitian Studies, Vol. 8, No. 1, p. 80-97. Disponible aussi sur : http://www.mioch.net/html/lucien_haiti.html

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1937a, 1943), « Folk Songs and Stories of the Americas ». Pan American Union Bulletin; Reprint: Washington, D.C., Pan American Union, 64 pp.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1937b), Les contes haïtiens, origine immédiate et extension en Amérique. Port-au-Prince, Caravelle, 2 vols.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1938), À propos du vocabulaire des croyances paysannes. Port-au-Prince, Caravelle.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1951), « La chanson haïtienne », Présence Africaine 12, pp. 61-87.

DARDOMPRÉ, Carey (2018), La lodyans, un romanesque haïtien. Perspectives historique, poétique et didactique, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

DUMAS, Pierre Raymond (1984), « Interview sur le concept d’oraliture accordée à Pierre Raymond Dumas par le docteur Ernst Mirville », Conjonction nos 161-162, pp. 159-164.

HALBWACHS, Maurice (1925), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Presses universitaires de France.

HALBWACHS, Maurice (1950), La mémoire Collective. Paris, Presses universitaires de France.

JOLLES, André (1972), Formes simples. 1930. Réédition, Paris, Seuil.

JONASSAINT, Jean (2009), « Pour un projet de sauvegarde et d’édition critique d’oeuvres haïtiennes », dans M. Cheymol, (éd.), Littératures au Sud, Paris, Agence Universitaire de la Francophonie/Archives Contemporaines, p. 197-207.

LAROCHE, Maximilien (1991), La double scène de la représentation : oraliture et littérature dans la Caraïbe. Québec, Université Laval, Grelca.

LAROCHE, Maximilien (1978), L’image comme écho. Montréal, Nouvelle Optique.

LÉGER, Frenand (2016), La fiction littéraire brève haïtienne, entre oraliture kreyòl et écriture française. Thèse non publiée, le Département d’Études Françaises, Université de Toronto.

LÉGER, Frenand. « L’oeuvre de Maurice Sixto, un patrimoine à sauvegarder et à étudier », publié sur Alterpresse le 20 mai 2015 et disponible en ligne sur le site Potomitan : http://www.potomitan.info/ayiti/sixto2.php.

MAINGUENEAU, Dominique (2010), Manuel de linguistique pour les textes littéraires. Paris, Armand Colin.

MARS, Jean Price (1928), Ainsi parla l’oncle. Essais d’ethnographie. New York, Parapsychology Foundation Inc.

MIRVILLE, Ernst, « Kreyòl nan oralti », Conjonction nos 161-162, juin 1984, pp. 23-28.

MIRVILLE, Ernst, « Literati oral », Le Nouvelliste, 11-12 mai, 1974.

MOURALIS, Bernard (1975), Les contre-littératures. Paris, Presses Universitaires de France.

NORA, Pierre (1978), « La mémoire collective », dans LE GOFF Jacques (dir.), La nouvelle histoire, Paris, Retz-CEPL, pp. 398- 401.

OTILIEN, Ethson (2018), Maurice Sixto ou le phénix de l’oraliture haïtienne. Boston, JEBCA Edition.

OTILIEN, Ethson (2012), Narration orale et argumentation, histoire, et voix dans la lodyans « J’ai vengé la race » de Maurice Sixto. Université de Besançon, Mémoire de master 2.

POMPILUS, Pradel (1961), La langue française en Haïti. Paris, Institut des hautes études de l’Amérique latine.

ZUMTHOR, Paul (1987), La Lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Seuil.

ZUMTHOR, Paul (1983), Introduction à la poésie orale, Parais, Seuil.

 

Manm komite syantifik la

Jean-Jacques Cadet, Inivèsite Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Ludovic Comeau Jr, Inivèsite DePaul, Chicago, É-UA et ISTEAH, Ayiti

Watson Denis, Centre Challenges, FASCH / FE / Inivèsite Leta Ayiti (ILA)

Renauld Govain, FLA / LangSÉ / Inivèsite Leta Ayiti (ILA)

Frenand Léger, Inivèsite Carleton, Ottawa, Canada

Nadève Ménard, ENS / Inivèsite Leta Ayiti (ILA)

Ethson Otilien, FASCH / Inivèsite Leta Ayiti (ILA)

 

Manm komite òganizasyon an

Jean-Jacques Cadet, Inivèsite Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Karen Charles, etidyan nan HaïtiTec

Ludovic Comeau Jr, Inivèsite DePaul, Chicago, É-UA et ISTEAH, Ayiti

Carey Dardompré, chèchè endepandan

Watson Denis, Centre Challenges, FASCH / FE / Inivèsite Leta Ayiti (ILA)

Vikens Dérilus, Prezidan Collectif Haïti Culture / Livres (CHAC-Livres)

Renauld Govain, FLA / LangSÉ / Inivèsite Leta Ayiti (ILA)

Jean Ederson Jean-Pierre, etidyan nan FASCH / Inivèsite Leta Ayiti (ILA)

Frenand Léger, Inivèsite Carleton, Ottawa, Canada

Charlot Lucien, Asanble Atis Ayisyen nan Massachusetts, É-UA

Paul Molès, FLA / LangSÉ / Inivèsite Leta Ayiti (ILA)

Ethson Otilien, FASCH / Inivèsite Leta Ayiti (ILA)

Gertrude Séjour, Fondasyon Moris A. Siksto

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

International Conference

 

Haitian Oraliture: Identity (ies), Structure (s), Memory (ies) and Representations through the Prism of Human and Social Sciences

 

Organized by Centre Challenges, in partnership with LangSÉ Laboratory (College of Applied Linguistics of the State University of Haiti – UEH),

the College for Humanities of UEH, and the Maurice A. Sixto Foundation

 

                                                    Port-au-Prince, Haiti, May 2- 4, 2019

 

                 In tribute to Maurice Sixto on the occasion of the centenary of his birth

 

Oraliture, portmanteau word created at the end of the XXth century, refers simultaneously to a product as well as a community and popular production that all characterize societies endowed with a tradition labeled as oral. It models itself on the mythological configurations of the community where it prevails. According to Maximilien Laroche (1991:15), the word “oraliture” was suggested by Ernst Mirville, in the May 12, 1974 issue of Haiti’s Le Nouvelliste daily to compensate for epistemological problems caused by the concept of « oral literature ». The latter was dubbed an oxymoron linked to the prevalence (or the precedence) given to writing over orality through a tradition instituted by education. In an interview granted to Pierre-Raymond Dumas for Conjonction magazine, Mirville indicates that “Oraliture is the set of non-written and oral creations of a time or a community, in the field of philosophy, imagination, technics, which display a certain value as to form and contents” (1984: 162). Among the several forms that oraliture can take, Mirville indicates: “sung tales, riddle tales, prayers, sacred songs, work songs, carnival or rara songs, political songs, storytelling productions.” (Dumas, 1984: 162). In addition, in an article published in that same Conjonction issue, the author (Mirville, 1984) extends the sphere of oraliture to funeral orations, chante-pwent (accusatory songs), children round songs, chante-lwa (songs dedicated to vodou spirits), and so on.

 

Moreover, we can extend Mirville’s definition to myths, mythological stories, sayings, aphorisms, maxims, magical/religious formulas, proverbs, judgments, funny and facetious stories, nursery rhymes, stories inspired by the news, merchant cries, and many others (see Mouralis, 1975). Since the work initiated by Jean Price Mars (1928), including research by Suzanne Comhaire-Sylvain (1937a; 1937b; 1938; 1951) and other writers and scholars who either made an inventory of oral popular songs and tales, or reserved a few analytical passages for the oral genres, the research landscape pertaining to Haitian oraliture through the human and social sciences remains virtually an unchartered territory. To shed light on Haitian oraliture, we propose to the scholars of human and social sciences three days dedicated to the study of and reflections about this broad thematic.

 

In his article « Du réalisme merveilleux des Haïtiens » (Regarding the wondrous realism of Haitians), Jacques S. Alexis (1956: 109) gives significant importance to oraliture. He is one of the first who made theoretical reflections on lodyans as a literary object. Other authors and researchers consider lodyans as a type of story specific to Haitian oraliture, which itself would be consubstantial with creolity (see Bernabé, Chamoiseau & Confiant, 1989). If this genre is not yet well described and defined theoretically, the rich corpus of traditional and literary lodyans has been the subject of reflections in a number of publications, of which (on an indicative basis) P. Pompilus (1961), M. Laroche (1978), L. Comeau (2002), J. Jonassaint (2002), G. Anglade (2004a, 2004b, 2004c, 2005, 2007, 2010), E. Otilien (2012, 2018), F. Léger (2015, 2016), C. Dardompré (2018), and so on. The conference will be an opportunity to study the corpus of lodyans-related texts (oral and written) from a wide analysis framework, based on criteria that take into account formal and discursive aspects such as the beginning and the end of the lodyans pieces (or lodyanses in English); the structure of textual sequences (narration, description, thought discourse); the comprehension of the characters and their roles; the narrative time (order, speed and frequency); the narrative levels (extradiegetic, intradiegetic and metadiegetic narration); the pragmatic aspects linked to narrative instances and to the context of enunciation such as, for instance, the implicit, the implied, the unspoken, the pause, the hesitation, the delivery, the interjection, the onomatopoeia, and so on; as well as issues related to set design, that is, the stage « through which the work itself defines the situation of speech from which it pretends to emerge » (Maingueneau, 2010 : 16). Not to affirm that the lodyans cannot be expressed and translated into a foreign language, or adapted according to the attributes of other cultures, but the canonic form of this genre typically expresses itself in a linguistic code that prioritizes the use of the creole language, or the creolization of any other foreign language (French, English or Spanish) utilized for its literary expression. That is another fundamental feature of the lodyans genre that should not be ignored.

 

This conference is also an opportunity to pay tribute to Maurice Sixto, for his significant lodyans work. The year 2019 is indeed the centenary of birth of this master of the spoken word, born in May 1919, and the 35th anniversary of his passing, which occurred in May 1984. The contemporaneous legacy of Maurice Sixto encompasses various categories of lodyanseurs, among whom former cultural colleagues, talented impersonators, original interpreters and contemporaneous storytellers who, directly or indirectly, recognize themselves through the influence of the master. This event will be the occasion to discuss the multidimensional, psycho-sociological, didactic and aesthetic value of Sixto’s work.

 

            Through this conference, we invite researchers to address issues related to and the manifestation of Haitian identity, or even Caribbean identity of African origin, of our oraliture, and the foundational structures of these productions. The goal will also be to study oraliture as society’s mirror and archive, the representation and construction of the collective memory, and its function (Halbwachs, 1925 and 1950; Nora, 1978). Interested parties and contributors will also pay attention to the different genres of oraliture and their structural organization, which are oral manifestations that take place in a space where the voice, the body language, the stage and the self-image are able to influence their reception. One can, therefore, question potential effects of staging on reception. This will also be an opportunity to inquire about the concept of oraliture, its validity or its operationality in the scientific literature. All epistemic notions linked to this mode of representation and transmission, may be raised. The study of oraliture can be tackled from a diachronic or a synchronic perspective, that is, in terms of variability and stability, but also in terms of memory, aesthetics and representation.

 

Thematic areas

The six following areas may be addressed during the conference (but not exclusively). The approach of the contributors may be diachronic or synchronic.

 

  • Analogical thought, memory (memorization), words of wisdom, elements of knowledge, spirituality in Haitian oraliture;
  • Identities, genres, structures and aesthetics in Haitian oraliture;
  • Lodyans, poetics, structure, narrative identity, and performance;
  • The lodyans of Maurice Sixto, and his contemporaneous legacy;
  • Oraliture and literature, the use of oraliture in literary texts;
  • Didactics and oraliture, the use of oraliture in the educational system.

 

Rules for participation

Send a 300-to-500-word summary, written in one of the conference’s three languages (Haitian Creole, French and English) to ethsotilien@gmail.com and FrenandLeger@cunet.carleton.ca. Fonts: Times New Roman, size 12, line space 1.5. The summary must come with a short bio-bibliography of the proposal’s author.

 

N.B. This scientific conference is an open space for the university sector, as well as for those engaged in a variety of cultural sectors: artists, writers, storytellers, lodyanseurs, members of local and international artistic and cultural organizations, are particularly invited to participate. In this respect, the only prerequisites are the aesthetic quality of the study and the scientific rigor of its analysis.

Important dates to retain

  • Call for papers: September 5, 2018

·         Deadline to submit proposals: November 15, 2018

  • Acceptance or rejection notification: December 15, 2018
  • Conference : May 2-4, 2019

 

Publication

After evaluation and selection by the scientific committee, the articles resulting from the various presentations will be published in a collective work.

 

References

ALEXIS, Jacques Stephen (1956), Du réalisme merveilleux des Haïtiens, Présence africaine 2002/1 (No 165-166), p 91-112.

ANGLADE, Georges (2010), Le secret du dynamisme littéraire haïtien. Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

ANGLADE, Georges (2007), Le Dernier Codicille de Jacques Stephen Alexis, Mont-Royal, Plume & Encre.

ANGLADE, Georges (2005), « Un antidote à l’érosion des paysages culturels, la lodyans haïtienne », 71e Congrès mondial du PEN international, Bled, Slovénie, 14-21 juin, Ljubljana, Slovenski PEN.

ANGLADE, Georges (2004a), « Fiction et subversion dans la lodyans » dans Leurs jupons dépassent. Montréal, Lanctôt, p. 129-131.

ANGLADE, Georges (2004b), « Les lodyanseurs du soir, il y a 100 ans, le passage à l’écrit », SOURIAU, Marie-Agnès et BALUTANSKY, Kathleen Écrire en pays assiégé, Amsterdam, New York, Rodopi, PP. 61-87.

ANGLADE, Georges (2004c), « L’espace littéraire (de la lodyans) » dans L’espace d’une génération, entretiens conduits par Joseph Josy Lévy. Montréal, Editions Liber, Montréal, p.199-247.

BERNABÉ, Jean (1993) [1989], Chamoiseau, Patrick et Confiant, Raphaël, Éloge de la créolité, Paris, Gallimard.

BERNABÉ, Jean (1997), « De l’oralité à la littérature antillaise : figures de l’Un et de l’Autre », dans F. Tétu de Labsade, (éd.), Littérature et dialogue interculturel : culture française d’Amérique, Sainte-Foy, Presses de l’université Laval, p. 49-68.

COMEAU, Ludovic Jr (2002), « Littérature Orale Haïtienne : Analyse d’un Nouvel Apport », Journal of Haitian Studies, Vol. 8, No. 1, p. 80-97. Disponible aussi sur : http://www.mioch.net/html/lucien_haiti.html

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1937a, 1943), « Folk Songs and Stories of the Americas ». Pan American Union Bulletin; Reprint: Washington, D.C., Pan American Union, 64 pp.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1937b), Les contes haïtiens, origine immédiate et extension en Amérique. Port-au-Prince, Caravelle, 2 vols.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1938), À propos du vocabulaire des croyances paysannes. Port-au-Prince, Caravelle.

COMHAIRE-SYLVAIN, Suzanne (1951), « La chanson haïtienne », Présence Africaine 12, pp. 61-87.

DARDOMPRÉ, Carey (2018), La lodyans, un romanesque haïtien. Perspectives historique, poétique et didactique, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

DUMAS, Pierre Raymond (1984), « Interview sur le concept d’oraliture accordée à Pierre Raymond Dumas par le docteur Ernst Mirville », Conjonction  nos 161-162, pp. 159-164.

HALBWACHS, Maurice (1925), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Presses universitaires de France.

HALBWACHS, Maurice (1950), La mémoire Collective. Paris, Presses universitaires de France.

JOLLES, André (1972), Formes simples. 1930. Réédition, Paris, Seuil.

JONASSAINT, Jean (2009), « Pour un projet de sauvegarde et d’édition critique d’œuvres haïtiennes », dans M. Cheymol, (éd.), Littératures au Sud, Paris, Agence Universitaire de la Francophonie/Archives Contemporaines, p. 197-207.

LAROCHE, Maximilien (1991), La double scène de la représentation : oraliture et littérature dans la Caraïbe. Québec, Université Laval, Grelca.

LAROCHE, Maximilien (1978), L’image comme écho. Montréal, Nouvelle Optique.

LÉGER, Frenand (2016), La fiction littéraire brève haïtienne, entre oraliture kreyòl et écriture française. Thèse non publiée, le Département d’Études Françaises, Université de Toronto.

LÉGER, Frenand. « L’œuvre de Maurice Sixto, un patrimoine à sauvegarder et à étudier », publié sur Alterpresse le 20 mai 2015 et disponible en ligne sur le site Potomitan : http://www.potomitan.info/ayiti/sixto2.php.

MAINGUENEAU, Dominique (2010), Manuel de linguistique pour les textes littéraires. Paris, Armand Colin.

MARS, Jean Price (1928), Ainsi parla l’oncle. Essais d’ethnographie. New York, Parapsychology Foundation Inc.

MIRVILLE, Ernst, « Kreyòl nan oralti », Conjonction nos 161-162, juin 1984, pp. 23-28.

MIRVILLE, Ernst, « Literati oral », Le Nouvelliste, 11-12 mai, 1974.

MOURALIS, Bernard (1975), Les contre-littératures. Paris, Presses Universitaires de France.

NORA, Pierre (1978), « La mémoire collective », dans LE GOFF Jacques (dir.), La nouvelle histoire, Paris, Retz-CEPL, pp. 398- 401.

OTILIEN, Ethson (2018), Maurice Sixto ou le phénix de l’oraliture haïtienne. Boston, JEBCA Edition.

OTILIEN, Ethson (2012), Narration orale et argumentation, histoire, et voix dans la lodyans « J’ai vengé la race » de Maurice Sixto. Université de Besançon, Mémoire de master 2.

POMPILUS, Pradel (1961), La langue française en Haïti. Paris, Institut des hautes études de l’Amérique latine.

PRICE-MARS, Jean (1928), Ainsi parla l’oncle. Essais d’ethnographie. Port-au-Prince, Imprimerie de Compiègne.

ZUMTHOR, Paul (1987), La Lettre et la voix. De la « littérature » médiévale, Paris, Seuil.

ZUMTHOR, Paul (1983), Introduction à la poésie orale, Parais, Seuil.

 

 

Scientific Committee

Jean-Jacques Cadet, Paris 8 University, Vincennes – Saint-Denis

Ludovic Comeau Jr, DePaul University, Chicago, USA, and ISTEAH, Haiti

Watson Denis, Centre Challenges, FASCH / FE / State University of Haiti (UEH)

Renauld Govain, College of Applied Linguistics / LangSÉ / State University of Haiti (UEH)

Frenand Léger, Carleton University, Ottawa, Canada

Nadève Ménard, École Normale Supérieure (College of Education, State University of Haiti)

Ethson Otilien, College for Humanities / State University of Haiti (UEH)

 

Organizing Committee

Jean-Jacques Cadet, Paris 8 University, Vincennes – Saint-Denis

Karen Charles, student at HaitiTec

Ludovic Comeau Jr, DePaul University, Chicago, USA, and ISTEAH, Haiti

Carey Dardompré, independent researcher

Watson Denis, Centre Challenges, FASCH / FE / State University of Haiti (UEH)

Vikens Dérilus, president of Collectif Haïti Culture/Books (CHAC-Books)

Renauld Govain, College of Applied Linguistics / LangSÉ / State University of Haiti (UEH)

Jean Ederson Jean-Pierre, student at FASCH / State University of Haiti (UEH)

Frenand Léger, Carleton University, Ottawa, Canada

Charlot Lucien, Assembly of Haitian Artists in Massachusetts, USA

Paul Molès, College of Applied Linguistics / State University of Haiti (UEH)

Ethson Otilien, College for Humanities / State University of Haiti (UEH)

Gertrude Séjour, Maurice A. Sixto Foundation

 

Please share, follow and like us:
8

Warning: assert(): Assertion failed in /home/galoukout5/public_html/wp-content/themes/magazine-plus/comments.php on line 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *