Warning: assert(): Assertion failed in /home/galoukout5/public_html/wp-content/themes/magazine-plus/template-parts/content-single.php on line 1

L’artiste engagé, Manno Charlemagne : un défenseur de l’Université d’Etat d’Haïti

Hancy PIERRE, Professeur à l’UEH

 

Manno Charlemagne de son vrai nom Emmanuel Charlemagne, compositeur doué, chanteur engagé, et ancien maire de Port-au-Prince, connu pour ses paroles provocantes (et choquantes des fois) vient de rendre l’âme dans un hôpital des Etats-Unis d’Amérique, le dimanche matin 10 décembre à l’âge de 69 ans. Dans cet article nous proposons un retour sur l’itinéraire de ce poète engagé en faveur de l’Université.

Beaucoup de jeunes ou moins jeunes qui ont étudié à l’UEH et qui ne connaissent pas le parcours de militance de Manno Charlemagne s’arrête à ces lignes Lan inivèsite / nou voye yon plòt krache pour dire que celui-ci n’était pas un ami de l’Université. Afin de rendre justice à ce militant conséquent, je  propose non seulement d’analyser quelques paroles de la chanson ÒGANIZASYON MONDYAL mais également de faire un saut dans la période post-duvaliérienne, dans le contexte de la lutte pour l’autonomie de l’Université.

Ces lignes Lan inivèsite  / nou voye yon plòt krache répétées plusieurs fois à la fin de la chanson ÒGANIZASYON MONDYAL riment dans tous les médias depuis quelques jours pour des hommages à notre Emmanuel Charlemagne AKA Manno Charlemagne. Les plus jeunes, à tort ou par méconnaissance, en sont choqués. Pour eux, notre Manno serait un anti-universitaire. D’autres, moins jeunes, se plaisent, sans une idée du contexte de cette chanson, à reprendre comme une litanie ces vers-refrain Lan inivèsite  / nou voye yon plòt krache, une mauvaise coïncidence à un moment où l’Université d’Etat d’Haïti est en proie à la déliquescence selon plus d’uns. En fait, ces lignes sont plutôt un appendice,  car Manno aime bien improviser quand il est bousculé dans des conjonctures où la parole doit être libérée.

Oganizasyon mondyal yo pa pou nou yo ye

Sa la pou ede volè yo piye devore

Lè pèp ki lan di pran fizi yo konnen yo bouke

Lamedesin entènasyonal sa met kò l sou kote

Ce premier paragraphe de la chanson fait état de l’empire des organisations internationales dans la perpétuation de l’exploitation postcoloniale et en même temps il évoque la capacité de  résistance d’un peuple opprimé qui défie la médecine internationale ; ce, dans la combattivité : Lè pèp ki lan di pran fizi yo konnen yo bouke / Lamedsin entènasyonal sa met kò l sou kote. C’est un questionnement des recettes du développement en lieu et place de l’analyse des besoins de la population et des aspirations du peuple haïtien dans son droit à l’autodétermination. Il s’agit là d’un fétichisme, cette façon d’utiliser la connaissance. Il ne s’agit pas d’une posture d’intellectuel organique malgré les besoins du moment. L’aliénation infiltre les intellectuel-le-s qui doivent leur inspiration dans la référence occidentale.

Yo fè reyinyon yo pale yo ranse

Devan vè chanpay bon diven ki enpòte

Se la sa rete

Manno, dans ses prestations publiques, tient toujours à faire une mise en contexte de ses compositions. C’est son réflexe de militant et d’agitateur à la fois – formateur qui intervient en ces circonstances. Il a été indigné du comportement complaisant d’un des membres du Conseil de l’Université en l’occurrence le feu Gérard Bissainthe qu’il a jugé subordonné au régime militaire de Henry Namphy alors que l’Université se projetait comme un espace critique visant l’autonomie et l’indépendance. C’est bien le contexte dans lequel on doit placer la séquence Lan inivèsite / nou voye yon plòt krache.

Manno ne s’adonne pas aux dénigrements ni à la grivoiserie vile. Il a, de préférence, une parole libre (kalbas grandyòl, en créole). Comment s’adresser à un violeur occupant qui a tout emporté et abusé sa femme, ses enfants ? Alors il dit  Kolang*** manman Blan. Ce qui ne choque pas pourtant. Mais rime bien à sa place.

Manno avait bel et bien anticipé. Il était plutôt un « prophète ». Il est un rituel que,  dans ses spectacles,  Manno profite pour faire des révélations politiques et donner des consignes ou des directives aux militants dans une conjoncture politique donnée. Il embrase la foule et lui insuffle une conscience critique de la situation d’exploitation et de domination. Les lignes Lan inivèsite / nou voye yon plòt krache indexent précisément Gérard Bissainthe dans ses compromissions avec le régime pro-duvaliériste. Malheureusement, on retrouvait M. Gérard Bissainthe, recteur contesté de l’Université, durant le coup d’Etat militaire de 1991. Il était bien avant (1987-1988) membre du Conseil Exécutif à côté du professeur  Roger Gaillard dans une position d’opportuniste.

En effet, le foquisme[1] a primé dans le texte en réponse au verbalisme,  en lieu et place de la connaissance scientifique.

Mwen renmen tande zòt k ap analize

Lè l pa konsène, lè l pakonsène

Lè l pa konsène fait référence  à l’immersion qu’on exige à l’avant-garde dans la lutte politique de libération. Manno a dit à sa façon que la vérité est révolutionnaire. Par ailleurs, l’Université devait rester la gardienne de la vérité et le lieu de la pensée critique transformatrice. Alors, la force primait sur les débats et la réflexion critique ; ce, au nom de la domination autoritaire.

Tout sa moun pa vle tande se verite li ye

Reyaksyonè sou devlope yo sa pi danjere

 

La créativité est étouffée face à l’autoritarisme et la pensée inique et unique pou l elimine timoun ki nan ze c’est un euphémisme qui en découle. Le modèle médical (medsin chwal) qui sert à colmater les brèches de la société n’est pas approprié face à l’ampleur de la crise de la société qui suppose une démarche structurelle.

Ainsi, Manno pense que : Delivrans yo se jefò yo nan san ki ap koule / Grenn doktè ta vle preskri yo voye sa jete. Pour clore,  on reprend la séquence

Pou chyen ayisyen k ap di yo kiltive,

K ape fè komès ak mizè refijye

Lan inivèsite

Nou voye yon plòt krache

En effet, Manno a épousé la cause universitaire. On l’a vu, à maintes reprises à des mobilisations aux côtés des étudiants et étudiantes. À titre d’exemple, dans son parcours de maire, l’administration communale de Port au Prince  a intégré beaucoup d’étudiants en provenance de l’Université d’Etat d’Haïti. Manno fut très présent dans les congrès de la Fédération des Etudiants Haïtiens (FENEH) de 1987 à 1991. Il faut noter qu’il s’est rechigné une fois devant la rigidité de étudiants-militants – j‘ai bien dit « rigidité » – si l’on doit rapporter une note discordante dans les relations  de Manno à certains groupes d’étudiants. Ainsi, lors d’un spectacle a-t-il  été interpellé à respecter les prescrits de la révolution permanente qu’il a prônés dans le refrain qui suit : « Jou Manno fè chimen kwochi elimine l pa ba l la vi », si Manno devient un renégat qu’on l’élimine sans pitié. Ce spectacle a été alors perturbé par des militants pour la plupart des membres d’organisations estudiantines qui s’opposaient à ce que Manno performait avec des artistes qu’ils étiquettent de bourgeois. Cet événement a été vivement critiqué dans la presse à titre d’intolérance, puis cela s’est arrêté là. Manno continue à avoir des relations cordiales et militantes avec les étudiant-e-s et professeur-e-s de l’Université d’Etat d’Haïti.

Manno est un défenseur de l’autonomie et de l’indépendance de l’Université d’Etat d’Haïti. Il a chanté tant en créole qu’en français. Il a connu l’exil en deux occasions, dans les années 1980 et entre 1991-1994 ainsi que la prison dans ce même contexte. Il fut maire de Port-au-Prince de 1995-1999. La chanson Oganizasyon Mondyal que nous venons d’analyser est enregistrée sur le disque « Nou nan malè ak Oganizasyon mondyal » (KAKO 1915,1988).

 

Référence

Médiathèque Caraïbe.

Crédit photographique https://www.juno7.ht/?p=3796

[1] Le foco (foyer) ou foquisme est une théorie de guerre révolutionnaire formulée par Che Guevara qui déclarait vouloir faire « un, deux, plusieurs Vietnam… » afin de lutter contre l’impérialisme des États-Unis. Cette théorie de la révolution est fondée sur la création de foyers de guérilla rurales. (Source : Wikipédia)

 

Ecoutez Manno

Please share, follow and like us:
8

Warning: assert(): Assertion failed in /home/galoukout5/public_html/wp-content/themes/magazine-plus/comments.php on line 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *