Warning: assert(): Assertion failed in /home/galoukout5/public_html/wp-content/themes/magazine-plus/template-parts/content-single.php on line 1

“L’idée d’université expliquée aux étudiants” d’ Hérold Toussaint: un compte-rendu critique sommaire[1]

Par Ethson OTILIEN

Dans le contexte de la crise que connaît non seulement l’Université d’Etat d’Haïti et l’université haïtienne toute entière le livre “ L’idée d’université expliquée aux étudiants”  d’ Hérold Toussaint arrive pour faire le point sur ce que c’est que l’ ‘idée d’université, sa mission, ses fonctions, son rôle dans le changement social et présente un manifeste pour une réforme intelligente  et progressive de l’Université d’Etat d’Haïti.

Le livre L’idée d’université expliquée aux étudiants du professeur Hérold Toussaint n’est pas un ouvrage en plus dans le paysage universitaire haïtien. Il répond à un besoin fondamental d’expliquer non seulement aux étudiants mais également aux professeurs, aux personnels administratifs d’universités, aux journalistes et à tous ceux qui sont intéressés par la question d’université ce que constitue l’idée d’université. Il est d’autant plus facile d’accès qu’accesible financièrement. Il répond à un souci pédagogique, ne pas noyer le lecteur dans un amas de concepts, flous ou spécialisés. L’idée d’université expliquée aux étudiants peut être lue en tap tap, dans les bus de transports interurbains, en avion, en voiture, à l’heure de pause au travail, etc. Facile d’accès ne veut pas dire pour autant manqué de richesse et de profondeur. C’est un véritable petit traité que nous offre Hérold Toussaint. Il s’inspire et convoque des penseurs qui font autorité dans la réflexion sur l’université tels que: John Henry Newman, Wilhelm Von Humboldt,  Karl Jaspers, Emmanuel Kant, Pierre Bourdieu, Edgar Morin et autres, auteurs qu’il a su interpréter leur jargon dans un langage plus simple pour le lecteur non spécialiste. Le mouvement de la pensée de l’auteur ne suit pas un cours rectiligne mais il anticipe, fait des retours en arrière, s’arrête et revient à son objet à la manière de la définition de la lodyans par Jacques S. Alexis dans son article Le réalisme merveilleux haïtien. Le livre est édité en petit format ce qui permet de l’avoir sur soi facilement et sans s’encombrer. Il a quatorze chapitres dont la plupart ont 3 à 7 pages.

L’auteur de L’idée d’université expliquée aux étudiants s’inspire du philosophe anglais John Henry Newman (1801-1890) et du philosophe allemand Karl Jaspers (1883-1969) pour nous dire que l’université a pour tâche fondamentale la quête de la vérité de manière désintéressée et sans contrainte. Maintenant, devons-nous poser la question: quelle vérité, puisqu’il y a des vérités. On peut distinguer les vérités révélées ( la Bible, le Coran, le Talmud, etc.), la vérité philosophique et la vérité scientifique. Et c’est à cette dernière que le professeur fait référence. Pour lui:

L’université a pour tâche de rechercher , d’établir, et d’enseigner la vérité dans un premier temps au niveau des disciplines spécialisées et, dans un second temps, en tant qu’universitas scientiarum, en rassemblant et en reclassant dans l’humain l’ensemble des résultats obtenus dans les secteurs particuliers du savoir.”  Il continue pour dire que :” L’exigence rationnelle et critique de la vérité ne doit faire place à aucune forme d’idéologie. L’université ne doit jamais oublier sa mission première: poursuivre en paix le travail de l’esprit“.

Dans le dernier passage cité, l’utilisation de la raison constitue le boussole du chercheur dans sa quête de vérité tout en développant son sens critique. Mais la fin du passage termine sur une note apparemment utopiste et même peut-être fantaisiste, à notre avis, celle de poursuivre le travail de l’esprit dans la paix. Dans un contexte, de guerre, d’insécurité, de menaces et de persécutions, le travail du chercheur ne peut pas s’arrêter. Nous n’oublions pas les querelles des anciens et des modernes. Et des fois, cela peut même servir de catalyseur au travail du chercheur. L’université est aussi un lieu de contradictions sociales et idéologiques. Et ceci est fondamentale dans l’histoire de l’université. De plus, en parlant d’idéologie, nous savons tous que l’université est issue de l’appareil idéologique occidental dominant. Maintenant, comment dépasser les cadres idéologiques dans la recherche et l’enseignement c’est ce qui nous incombe en tant qu’universitaires et chercheurs. En présentant l’université d’une telle manière, le professeur nous présente un lieu idyllique qui fait rêver les futurs étudiants qui auront à fréquenter cet espace qui est composé d’hommes et de femmes qui vivent dans une société où la vie n’est pas angélique.

 

Le professeur Toussaint nous explique le cheminement des premières universités au Moyen-age (l’Université de Bologne [1118], l’ Université de Paris [vers 1150] et de l’Université d’Oxford [vers 1167]) pour arriver à l’idée moderne d’université inspirée de la vision du philosophe allemand (1767-1835) W. Von Humboldt de l’université. Pour ce dernier, l’université est un espace d’enseignement et de recherche partagé entre maître et élèves; et où l’on inculque l’amour de la science aux ” jeunes gens les plus doués” et grâce à cet enseignement “ils acquièrent l’esprit d’investigation, d’invention et de présentation du savoir scientifique, jusqu’à se rendre , graduellement, capables de le produire”. A l’université le savoir n’est pas acquise une fois pour toute, le savoir reste une quête perpétuelle dans une perpétuelle remise en question. D’après le professeur Toussaint, pour Humboldt, les quatre piliers de l’enseignement supérieur sont: les cours magistraux, les laboratoires de recherche, les séminaires et le rôle de la recherche. C’est ce qui va donner son coup d’impulsion à l’université moderne. Dans cette partie du texte, le contexte économique d’où a émergé l’université n’a pas été traité, le contexte potilique et religieux encore moins. De plus, le problème qui a favorisé l’éclosion d’une telle forme d’institution n’est pas traité.

 

Pour Hérold Toussaint, l’université a quatre fonctions essentielles: l’enseignement des savoirs, la recherche scientifique dont ces savoirs découlent et qui lui sont inséparables, la collation de grades et le service à la communauté. Elle peut également créer des liens sociaux puisqu’elle a une fonction d’intégration. “Elle contribue à la survivance, au bon fonctionnement et à la consolidation du lien social”. L’université c’est avant tout une communauté d’hommes et de femmes avant d”être une communauté de biens et de moyens. Il ajoute que l’université “doit (…) participer à la formation de citoyens libres”. Mis à part le critère désintéressé de la science ou de l’université, le côté utilitaire des connaissances produits doit parvenir à l’élévation du peuple et de sa culture. Bien que l’université peut jouer un rôle dans la construction de l’Etat-nation, elle doit être autonome du pouvoir politique, c’est-à-dire qu’elle fait ses propres lois et assure elle-même sa gestion en dehors du pouvoir politique. Elle “n’est pas un espace de luttes politiques”  bien qu’elle peut prendre la politique comme objet de recherche.

Au chapitre 13 du livre, l’auteur énumère, sous forme de type, trois problèmes qui rongent notre université qu’il appelle : misère matérielle, misère acadénique, misère morale et civique; et propose un manifeste pour une réforme intelligente  et progressive de l’Université d’Etat d’Haïti en 20 points. Et au chapitre 14, il propose un dialogue avec des grands penseurs sur la science pour aider à nourrir la réflexion : Thomas Kuhn, Kant, Bourdieu, etc.

Nous invitons vivement tous les étudiants à avoir ce petit traité et en faire leur livre de chevet pendant les quatre ou cinq ans qu’ils auront à passer à l’UEH ou dans une autre université. Et mon plus grand souhait et mon plus grand rêve c’est de voir toute la communauté universitaire haïtienne rayonnée non seulement sur le plan local mais également sur le plan régional et pourquoi pas sur le plan international. Alors seulement,  nous pourrons changer l’image du pays à l’extérieur!

Par Ethson OTILIEN

enseignant à la FASCH/ UEH

ethsotilien@gmail.com

[1] Article publié dans HAITI LIBERTE du 14 au 20 décembre 2016

Please share, follow and like us:
8

Warning: assert(): Assertion failed in /home/galoukout5/public_html/wp-content/themes/magazine-plus/comments.php on line 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *