Warning: assert(): Assertion failed in /home/galoukout5/public_html/wp-content/themes/magazine-plus/template-parts/content-single.php on line 1

A propos de l’affaire des étudiants qui ont badigeonné d’excréments les murs du rectorat de l’Université d’Etat d’Haïti

Badigeonnage

Trois amis qui ont lu l’article du Professeur Ethson Otilien : « Badigeonnage des murs du rectorat de l’UEH d’excréments ! » sur le site internet <www.galoukoutou.com> m’ont appelé pour me demander des précisions sur la signification du badigeonnage des murs d’une maison de matières fécales humaines dans le Vodou haïtien. Comme lamarin pa metye m, je me suis référé à deux vodoulogues compétents et Serviteurs : le Dr. Jerry Gilles et sa femme Yvrose Gilles.

Le Dr. Gilles, médecin, en a profité pour donner des conseils utiles à notre population.

Voici leur réponse :

(Max Manigat)

 

A propos de l’affaire des étudiants qui ont badigeonné d’excréments les murs du rectorat de l’université d’haïti

Par Dr. Jerry et Ivrose Gilles*

 (Traduit du créole par Max Manigat)

 

Badigeonner les murs d’une maison de matières fécales est une action qui n’appartient à aucune religion en Haïti. C’est une action universelle pour montrer son dégoût pour une personne, une institution, ou toute autre chose. Le dégoût que nous avons pour les matières fécales nous empêche de leur donner leur nom habituel parce que ce nom capture le dégoût si profondément enraciné dans l’évolution humaine. En effet, partout sur la Terre, kaka bèf pa gato, et personne ne mange où il défèque. La nature nous enseigne à agir ainsi pour nous protéger des microbes susceptibles de nous donner des maladies comme le choléra, les vers intestinaux et d’autres maladies graves.

Avant d’aller plus loin, arrêtons-nous un moment pour reconnaître que le mot « badigeonner » est employé en Haïti dans le même sens que les habitants du Royaume du Congo donnent au mot « badi » [bade] qui signifie : contaminer. Quand quelqu’un badigeonne votre maison (d’excréments), c’est une façon de vous dire de déguerpir pour éviter toute contamination. Le badigeonnage dégoûte même celui qui pose l’acte au point où il se garde de rester à proximité.  Ainsi, lorsqu’une personne badigeonne la maison de quelqu’un de matières fécales humaines, elle doit s’armer de courage, malgré le dégoût, pour envoyer un message que la personne visée ne manquera pas de recevoir quelle que soit sa religion et sa langue.

Certains chrétiens qui aiment salir le Vodou veulent le rendre responsable de la pratique de badigeonner les maisons d’excréments humains. Si le Vodou devait porter cette charge, le Christianisme devrait être également mis en accusation. Aux États-Unis par exemple, des organisations telles que le Ku Klux Klan ont l’habitude de badigeonner d’excréments les maisons des Africains-Américains  afin de les terroriser [1]. Lorsque cette organisation chrétienne agit ainsi, c’est toujours le même message qui passe : Descendants d’Afrique, déguerpissez des lieux.

Les États-Unis ayant un meilleur système d’hygiène publique que chez nous, les Américains ne trouvent pas facilement des excréments humains pour envoyer des messages de dégoût. Ce qui explique que le plus souvent c’est avec des crottes de chien que le Ku Klux Klan se sert. En Haïti, c’est différent, les excréments humains sont plus accessibles à celui qui voudrait les utiliser pour faire passer son message de dégoût.

L’acte de badigeonner les maisons se fait partout, mais le gros problème réside dans le manque d’hygiène publique. Ce problème  n’existe pas seulement  en Haïti. Près d’une personne sur trois sur la planète n’a aucun accès à une latrine ou à une toilette moderne[2]. Les habitants de ces pays se soulagent dans la nature. Quand il pleut, l’eau sale se mélange à l’eau propre. Par conséquent, près de 10% des champs du monde sont arrosés avec de l’eau contaminée[3]. Il ne serait même pas nécessaire d’aborder cet aspect du sujet si la situation n’était pas critique. Beaucoup d’Haïtiens meurent de diarrhée causée par l’eau contaminée, et à travers le monde environ 300.000 personnes en sont victimes par an.

Donc, les hommes résolvent leurs conflits de plusieurs façons ; cependant nous devons reconnaître que la dissémination des excréments humains est nocive pour la santé publique. Les matières fécales doivent toujours être enfouies, excepté quand elles sont décontaminées. Dommage qu’il n’existe pas encore de centres de détoxification de matières fécales en Haïti. En attendant que nous ayons des centres de ce genre, les excréments humains doivent toujours rester sous terre pour que la pluie ne les emmène pas à contaminer les sources d’eau potable.

Les Haïtiens font tout pour couvrir leurs excréments en sorte que certaines choses ne restent pas sous leurs yeux, et que certaines paroles ne se répètent pas en public, sans que cela ne représente un manque de respect ou un manque d’égards. En cas de conflit, les gens doivent travailler pour trouver une solution entre eux. Ils ne doivent jamais mettre en péril la santé publique. C’est là le respect de la société, un principe fondamental dans l’héritage Ginen (ancestral) et dans l’héritage de l’humanité.

 

Références

[1] Article du Washington Post du 5 novembre 2015 : La croix gammée nazie apparaît sur les murs d’un collège dessinée avec des excréments humains. (traduction)

[2] Nations-Unies : Objectifs de Développement pour le Millenium, 2007. (traduction)

http://www.un.org/millenniumgoals/pdf/mdg2007.pdf

[3] O.M.S. : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs392/en/ (traduction)

* Dr. Jerry et Yvrose Gilles sont les auteurs de : « Sèvis Ginen. Rasin, Rityèl, Respè lan Vodou. Davie, FL., Bookmanlit, 2009, 401 p. ill. » et de “Remembrance: Roots, Rituals, and Reverence in Vodou. Davie, FL., Bookmanlit, 2009, 401 p. ill.”

Please share, follow and like us:
8

Warning: assert(): Assertion failed in /home/galoukout5/public_html/wp-content/themes/magazine-plus/comments.php on line 1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *